Sélectionner une page

Voyager 6 mois par année, un mode de vie nomade

par Mar 24, 2017

 

Nous avons interviewé Sandrine, une voyageuse dans l’âme qui a décidé de vivre différemment. Elle travail au Québec la moitiée de l’année pour économiser, puis elle part à la découverte du monde les six mois suivants. Ce mode de vie, qu’elle pratique depuis maintenant six ans, lui a permis de découvrir des pays aux quatre coins de la planète ainsi que de mettre pied sur pratiquement tous les continents. Nous lui avons posé quelques questions afin d’en apprendre davantage sur sa vie de nomade.

Pour débuter, peux-tu nous expliquer ton mode de vie?

 

En fait, lorsque j’ai commencé le cégep, je ne savais pas trop où me diriger. J’avais envie de voir autre chose et d’aller découvrir le monde. Je suis donc partie pour un voyage de 6 mois dans l’Ouest canadien, qui, au final, aura duré un an et demi! À mon retour au Québec, j’avais déjà la tête pleine d’idées pour de nouveaux voyages. Je me suis donc mise à travailler en restauration pour économiser de l’argent rapidement et repartir découvrir le monde dès que j’en ai l’occasion. Ça fait maintenant 6 ans que ce mode de vie m’a collé à la peau!

 

Qu’est-ce qui te motive à voyager six mois par année?

 

Quand je reviens au Québec, je sais que je vais travailler énormément dans une courte période de temps, mais que ça va me permettre de repartir vers une nouvelle aventure. J’adore le plein air et j’aime aller dans de nouveaux endroits aux paysages saisissants. Au fil du temps, je me suis fait beaucoup d’amis un peu partout sur la planète et c’est toujours agréable d’aller les rejoindre à leur camp de surf en Espagne, au Portugal ou ailleurs dans le monde!

 

En six ans de voyages, tu as bien du avoir des moments forts!

 

Des moments forts, il y en a tellement eu! Entre autres, je suis restée un an en Nouvelle-Zélande et ce fût incroyable du début à la fin. Les gens locaux sont vraiment accueillants et sympathiques. Là-bas, j’ai eu l’occasion de travailler trois mois dans une station de ski. Le jour, on skiait des montagnes de 2000 mètres dans la belle neige et le soir, lorsqu’on redescendait, il faisait environ 18 à 20 degré. On en profitait pour se faire des barbecues entre amis.

 

 

Je me rappelle aussi quand je suis allée au Chili dans le désert de San Pedro de Atacama, j’avais louée des vélos de montagne avec une amie et on s’est complètement perdu en plein milieu de celui-ci! On a du marcher au travers des broussailles, traverser des ruisseaux et à un certain point on avait même plus d’eau potable! Après deux longues heures, on a finalement été capable de retrouver notre chemin et maintenant, on en rit beaucoup!

 

 

Sinon, la première fois que je suis allé au Costa Rica, j’ai rencontré des amis qui ont plusieurs camps de surf à l’international. J’ai eu l’occasion de travailler avec eux et l’expérience était tout simplement géniale. J’ai vraiment adoré vivre en communauté dans les camps de surfs!

 

À l’inverse, as-tu eu des moments plus difficiles à surmonter?

 

Parmi mes moments les plus difficiles, il y a eu lors de mon voyage de quatre mois en Asie avec ma sœur. Quand on est arrivées au Cambodge, j’ai été très malade pendant trois semaines… jusqu’à temps que je réalise que c’était le riz que je mangeais au quotidien qui me causait tous ces problèmes!

 

Je me rappelle aussi, quand je suis arrivée au Chili, je devais aller aider des amis dans un atelier de kayak et j’avais aussi prévu monter des volcans. Sauf que, la 4e soirée, j’ai pris un peu de vin chilien (qui est d’ailleurs très bon) et je me suis foulé la cheville en voulant monter dans un arbre en courant! Ça l’a un peu changé les plans de mon voyage!

 

Y a-t’il un de tes voyages qui ne s’est pas déroulé comme prévu?

 

Je reviens d’un voyage de 3 mois en cyclotourisme en France avec une amie et un chien! Quand on est arrivées là-bas, on s’est vite rendu compte qu’on n’était pas dans la bonne saison, car tous les campings étaient fermés! Ça nous a amené à rencontrer des gens absolument fantastiques et généreux qui nous ont passé un van pour pouvoir voyager et dormir dedans. On a terminé notre voyage en allant faire du ski dans les alpes!

 

Lors de tes voyages, comment est le contact avec les gens locaux?

 

De manière générale, je trouve que les gens locaux sont chaleureux et sympathiques! Bien sûr, tout dépend de la manière dont tu les abordes. J’aime beaucoup aller travailler ou faire du bénévolat dans les autres pays. Par exemple, j’enseigne l’anglais et j’aime bien donner un coup de main que ce soit dans un orphelinat, une ferme ou un camp de surf. Ça facilite beaucoup le contact avec les gens de la place, ils voient que tu es ici pour apporter un peu d’aide et non pas seulement pour aller dans les bars et les auberges de jeunesses.

 

Trouves-tu que voyager autant te fait grandir personnellement?

 

Assurément! Avant, je ne parlais que le français, en voyageant j’ai pu développer à la fois mon anglais et mon espagnol. J’ai aussi beaucoup appris à travailler avec mes mains lorsque j’aidais sur des fermes. Que ce soit de faire des constructions de bois, en boue ou en bambou, c’est quelque chose que je trouve intéressant à savoir faire même si on ne sent sert pas nécéssairement au Québec. Ça me permet aussi d’échanger avec des gens de d’autres cultures et de développer mon ouverture d’esprit. Ce sont des choses que je n’aurais pas appris si je n’avais pas voyagé.

 

Comment se passent tes retours au Québec?

 

C’est sûr qu’à chaque retour j’ai un petit moment de tristesse, mais en même temps, je suis contente de revoir mes amis et ma famille. Ça aide aussi de savoir que je reviens au Québec pour me ramasser un peu d’argent pour ensuite pouvoir repartir en voyage. Je suis toujours en train de planifier un prochain projet!

 

Te trouves-tu changée lorsque tu reviens?

 

Oui, c’est sûr! J’ai l’impression que je prends plus le temps de profiter de la vie en voyage. Le rythme de vie en Amérique du Nord et en Europe est très rapide et c’est bon de voir autre chose. Je me sens beaucoup plus zen que la personne que j’étais avant les voyages!

 

 

Que conseillerais-tu aux gens qui voudraient adopter un mode de vie plus nomade?

 

C’est sûr que pour économiser de l’argent, je leur conseillerais de faire le choix de ne pas avoir de voiture. Pour ma part, je me promène toujours en vélo. C’est un petit sacrifice qui fait vraiment une différence sur les économies. En voyage, faire du bénévolat en échange d’être logé et nourrit ou du wwoofing, ça permet de vivre des expériences très agréables, d’être directement avec les gens locaux et de développer un nouveau style de voyage. Sinon, je leur conseillerais de ne pas avoir peur d’y aller et de suivre ce que les gens locaux font, que ce soit de prendre les petits autobus de la ville ou autre!

 

 

 

On tient à remercier Sandrine de nous avoir accordé cette entrevue et de nous avoir partagé ses photos de voyages!

 

Son mode de vie vous inspire? Voici quelques conseils qui vous aideront à voyager plus souvent et plus longtemps:

 

  • Au Québec, dépensez le moins possible. Tentez d’éviter toutes dépenses non essentielles.
  • Pour ce qui est des billets d’avion, prenez le temps de bien les magasiner avant de les acheter, car les prix peuvent varier beaucoup de semaines en semaines. Avec Google Flight, mettez-vous une alerte pour être à l’affut d’une baisse de prix soudaine.
  • Dans vos bagages, apportez que le strict minimum. Cela vous permettra d’amener un plus petit sac et vous éviterez d’avoir à payer un surplus pour le mettre en soute dans l’avion. Par ailleurs, vos épaules vous remercieront de ne pas souffrir sous le poids d’un gros sac trop lourd pour rien.
  •  En voyage, faites comme les locaux! Utilisez le transport en commun et évitez les restaurants touristiques. Vous économiserez énormément et votre expérience sera beaucoup plus authentique.
  • En ce qui concerne l’hébergement, hésitez-pas à aller vers les dortoirs d’auberges de jeunesse. Souvent, vous pouvez passer une semaine dans une auberge pour le prix d’une nuit dans un hôtel! Pour un peu plus de confort, AirB&B offre généralement des choix bien intéressants. Cliquez sur le lien pour obtenir 50$ de crédit sur votre premier hébergement!

 

À long terme, ces quelques compromis feront une grosse différence sur votre budget. Ils vous permettront de partir plus souvent et surtout, d’y rester plus longtemps! Alors, quelle est votre prochaine destination?

 

 

Articles que vous pourriez aimez:

destination aventure est un blog de voyage fait au Québec
destination aventure est un blog de voyage fait au Québec