Sélectionner une page

Ma (difficile) ascension du volcan actif Tongariro

par | Déc 17, 2014 | 8 commentaires

Contrairement à l’habitude, le présent texte ne portera pas sur mes derniers jours, mais bien sur une seule journée. La journée où j’ai fait la randonné du Tongariro Alpine Crossing. Faisant partie des 10 meilleures marches d’une journée au monde, cette aventure de plus de 20 kilomètres est une inévitable pour tous les adeptes de nature, de photographie et de plein air. Laissez-moi vous raconter mon périple mémorable accompagnée d’un Canadien et d’un Européen.

La journée débute par une heure de route pour se rendre jusqu’au parc national de Tongariro à partir de Taupo. Les prévisions météorologiques sont bonnes et les risques d’activités volcaniques sont faibles. Nous sommes bien équipé et avons suffisamment d’eau et de nourriture pour la journée complète. En moyenne, sans faire l’ascension d’un volcan, le sentier de base prend environ six heures et demie de marche, totalisant 19,4 kilomètres.

L’excursion commence en basse altitude. Des petits sentiers de gravelles et des petits ponts de bois, c’est assez facile.

Puis vient les ‘’devil’s stairs’’. Des dizaines et des dizaines de marches qui n’en finissent plus de monter. Trente minutes plus tard, nous aboutissons sur un plateau à la base d’un volcan. Il y a des nuages à cette altitude, parfait pour prendre quelques photos assez uniques.

Lorsqu’on fait le Alpine Crossing, trois choix s’offrent à nous. Soit on fait le sentier de base uniquement (le 19,4km), soit on fait le sentier + l’ascension du volcan Tongariro (~1900m d’altitude) ou bien l’option pour les amateurs de sensations fortes et d’expériences inoubliables, on fait l’ascension du volcan Ngauruhoe (~2200m). Cette dernière option est de type ‘’à vos propres risques’’. Il n’y a pas de sentiers officiels pour se rendre au sommet, c’est du chacun pour soi. Il faut être bien équipé, physiquement en forme et être très vigilant de la météo pour tenter son ascension car elle peut changer d’un moment à l’autre et rendre le tout très dangereux, voir mortel. C’est ce même volcan qu’ils ont utilisé pour filmer Mordor dans le seigneur des anneaux et évidement, c’est aussi celui que nous avons décidé de grimper.

Son ascension débute assez facilement, mais se complique très rapidement. L’inclinaison est très importante et les nuages réduisent énormément la visibilité. Le sol est très instable, c’est un peu comme grimper une énorme butte de sable, ça glisse constamment sous nos pieds. Nous ne pouvons nous appuyer sur les roches pour nous aider car nous savons pas lesquelles sont bien ancrées dans le sol et lesquelles sont prêtes à débouler jusqu’en bas tout en nous apportant avec eux.

Remarques l’inclinaison assez importante…

Je ne vous le cacherai pas, l’ascension est difficile et épuisante. Il faut faire attention à chaque pas que l’on fait, le sol est super glissant, il fait froid avec le vent, mais chaud en même temps du à l’effort physique nécéssaire pour monter. Parfois, nous avons le droit à une petite pause de nuages et j’en profite pour capter des souvenirs. Ce n’est pas tous les jours que j’ai la chance de grimper un volcan.

Plus nous grimpons, plus le sol et les roches changent. La composition, les formes et les couleurs varient, c’est assez fascinant.

Près du sommet, vue l’altitude, nous marchons dans la neige même si c’est l’été!

Après un peu plus de trois heures de montée abrupte qui semblait interminable, nous avons enfin atteint le sommet! Nous pouvons voir directement dans le cratère, c’est fou!

         Bah ouais, un selfie en haut d'un volcan!

Nous prenons une pause pour manger, boire et relaxer, puis entamons la descente. Encore une fois, ce n’est pas facile, la visibilité est nulle et le sol est très instable.

Nous avons mis trois heures pour monter, passé trente minutes au sommet et prit une heure pour descendre ce qui fait un total de quatre heures trente. Difficile, épuisant, limite dangereux. mais ça en valait tellement la peine. Le hic, c’est que cette ascension ne fait pas partie du 19,4km du sentier de base, c’est une excursion à part. Nous avons devant nous un bon 5-6 heures de marche. Allez, continuons en terrain plat un peu!

Ça ne dure pas très longtemps et nous recommençons déjà à monter! Épuisé, mort, mais nous avons pas le choix alors nous le prenons un pas à la fois. Ça à peut-être l’air de rien en photo, mais c’est très difficile phyisiquement. Les paysages sont géniaux encore une fois, c’est beau partout à l’horizon.

Puis au sommet, nous apercevons les célèbres lacs. Oui oui, des lacs en plein terrain volcanique, haut en altitude en plus! Leur couleur est due aux minéraux volcaniques dans le sol. Dans l’air, une forte odeur de souffre est présente, c’est pas très agréable.

Nous aurions pu passer des heures ici, mais malheureusement, si nous voulons finir le sentier avant la tombé de la nuit, nous devons nous activer et continuer d’avancer.

Une heure de marche plus loin, nous passons dans une petite vallée entre deux volcans.

Puis, la partie finale, la marche vers le stationnement. Vous pensez que nous en avons pour quelques minutes? Détrompez-vous. Regardez l’image plus bas, nous devons descendre en suivant les petits sentiers gris dans les vallées de gauche à droite. Ça semble interminable. Nous sommes épuisé, ça fait environ huit heures que nous marchons/grimpons, rendu là nous sommes vraiment tanné.

Cette partie prend environ deux heures trente. C’est pénible. Ça semble interminable. Au moins la vue est belle.

Au total, nous aurons parcouru 27 kilomètres, montés, puis redescendu plus de 1000 mètres et marché près de 38 000 pas. Nul doute, chacun d’eux en a valut la peine, ce fut une expérience absolument mémorable. J’ai fait du mieux que je pouvais pour représenter ce que je voyais en photo, mais l’avoir en vrai devant soi est un sentiment incroyable. C’est si grand, si beau, si majestueux. Une fois de retour au stationnement, nous nous sentions tellement accompli, heureux. Par contre, il y avait un petit (gros) problème. Le sentier ne termine pas au même endroit qu’il débute, plusieurs kilomètres les séparent. Nous avions prévu prendre une navette pour retourner chercher notre véhicule au point de départ, mais comme nous sommes arrivé tard, les navettes étaient terminée pour la journée depuis deux heures. Par chance, il restait une voiture dans le stationnement. Lorsque les propriétaires sont arrivé, ils nous ont gentiment reconduit jusqu’au point de départ et avons pu récupérer notre voiture. Sans eux, nous aurions été prit pour y passer la nuit, quelle chance nous avons eu!

En espérant que vous avez apprécié l’aventure et l’article, je vous dis à bientôt!

Articles que vous pourriez aimez:

destination aventure est un blog de voyage fait au Québec
destination aventure est un blog de voyage fait au Québec